Plaidoyer pour une archéologie ferroviaire


Par Frédéric GERBER (Inrap Nouvelle-Aquitaine & Outre-Mer) & Alexandre COULAUD (Inrap Nouvelle-Aquitaine & Outre-Mer)


Le terme d’archéologie ferroviaire n’est pas du fait des archéologues. Il a été inventé par les passionnés du rail, souvent des agents de la SNCF d’active ou retraités, rassemblés en associations : « L’archéologie ferroviaire consiste à rechercher d’anciennes lignes oubliées, dont les seules traces concrètes figurent dans les mémoires ou sur les cartes des réseaux passés, et bien plus discrètement dans le paysage[1]. » Les archéologues élargissent ce champ de recherche en s’intéressant à tout ce qui a affaire avec le rail, et qui n’est pas ou très peu documenté par les archives : aspect technique des installations et de leurs évolutions, matériels roulants et non roulants, organisation des gares, approvisionnement en matériaux, etc.

Fig. 1: Chemin de fer à voie étroite sur le site du bagne des Annamites, camp de Crique-Anguille, Montsinéry-Tonnegrande, Guyane (A. Coulaud, Inrap)
Fig. 2: Exemple de chemin de fer à voie étroite utilisé en Martinique pour le transport de la canne à sucre, Habitation Clément, Le François, Martinique (A. Coulaud, Inrap)

Depuis quelques décennies, une prise de conscience s’est opérée sur la disparition de ce patrimoine laissé à l’abandon (voies, même si celles-ci sont souvent déferrées[2], maisons de garde barrière, ouvrages d’art en tous genres, matériel roulant), et l’idée d’un inventaire général a été lancé[3]. Parallèlement, les services régionaux de l’archéologie ont commencé à prescrire des diagnostics et des fouilles sur ce thème qui appartient à l’archéologie industrielle[4].

Des éléments d’archéologie ferroviaire sont régulièrement recensés en Guyane et dans les Antilles, depuis une dizaine d’années, notamment par les travaux d’Alexandre Coulaud[5] (Fig. 1 & 2).

Fig. 3: Relevé photogrammétrique zénithale de la plaque-tournante de l’habitation Zévallos, le Moule, Guadeloupe, 2e moitié du XIXe siècle. Cette dernière permet le retournement des wagons utilisés pour le transport de la canne à sucre jusqu’à l’usine centrale (A. Coulaud, Inrap)

À La Réunion, parallèlement à l’important travail de l’association Ti train lontan[6], l’archéologie préventive apporte son lot d’informations et de mobilier. Outre des éléments de rails recensés depuis quelques années dans le cadre de diagnostics ou de fouilles[7], une première étude sur la gare de Saint-Denis vient d’être réalisée dans le cadre du projet de la Nouvelle Entrée Ouest[8], et une autre sur la gare du kilomètre zéro, à Saint-Benoît[9].

Fig. 4: Voie de chemin de fer, bas-côtés, quai en briques et mur de soutènement, habitation Zévallos, le Moule, Guadeloupe, 2e moitié du XIXe siècle (A. Coulaud, Inrap)

Ces différents éléments peuvent être structurels (voies, ballasts, quais, plaque-tournante…)(Fig. 3, 4 & 5) mais également matériels (rails, roues de wagons, éléments de traverses ou tirefonds, éléments de machines à vapeur…)(Fig. 6)[10].

Fig. 5: Ballast de la voie de chemin de fer reliant l’Hospital Center de Mesves-Bulcy au réseau régional et national, 1917-1919 (G. Charrière, Université de Bourgogne)
Fig. 6: Roue en fer de porteur Decauville provenant de la fouille de la place Général de Gaulle, Saint-Denis, La Réunion (A. Coulaud, Inrap)

En métropole, la première fouille d’une gare de la seconde moitié du XIXe siècle, remonte à 2004, avec les recherches conduites par Nùria Nin[11] sur le bâtiment voyageur de l’ancienne gare d’Aix-en-Provence[12]. Mais c’est surtout en 2017, que la fouille de la toute première gare ferroviaire de voyageurs de France[13], la gare de Le Pecq dans les Yvelines, inaugurée en 1837, a fait découvrir à un public fasciné l’existence d’un patrimoine totalement oublié[14]. Cette gare, terminus de la ligne Paris-Saint-Lazare/Saint-Germain-en-Laye, montrait que faute d’archives complètes conservées, le ferroviaire faisait déjà partie du domaine de l’archéologie. Très récemment, des surveillances de travaux à Metz, ont permis à Nicolas Morelle[15] de mettre en évidence une fosse à piquer, vestige de la toute première gare française de Metz (1850), détruite lors de la nouvelle configuration de la gare allemande en 1878.

Fig. 7: Le pousse locomotion du Maroni par le bagnard Francis Lagrange (alias FLAG), aquarelle . Deux bagnards poussent une plateforme sur laquelle est assis un surveillant pénitencier montée sur voie étroite (Archives Nationales d’Outre-Mer, FR ANOM 30Fi154/1)

Si on associe majoritairement le monde ferroviaire au transport de voyageurs ou même au transport de matériel, ce dernier peut impacter de très large domaine à travers des contextes d’utilisation divers et variés. Les contextes ultramarins (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) témoignent d’une utilisation intensive des voies ferrées dans le domaine industriel lié à l’industrie de la canne à sucre à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. La Guyane va offrir une utilisation transverse. Effectivement, le chemin de fer va être rapidement et densément mis en œuvre pour appuyer la mise en place des établissements pénitenciers : les bagnes de Guyane à partir de 1853 et ce, jusqu’au début des années 1950. Dans ce cadre spécifique, le chemin de fer va jouer le rôle de vecteur pour l’approvisionnement ou l’évacuation de matériaux (exploitations forestières, carrières…) mais également pour le transport de personnel ou d’éléments liés à la culture comme, encore une fois, la canne à sucre, cultivées par d’anciens bagnards libérés et transformée (sucre, tafia, rhum) par les bagnards en cours de peine ( Fig. 7)[16].

Fig. 8: Photographies aériennes assemblées de la gare régulatrice française et du camp américain de Marcilly-sur-Tille, 1918 (US Army Signal Corps, collection GCM 44, d’après Devevey 2011)

Le domaine militaire est également largement représenté à travers l’aménagement ferroviaire, perceptible via l’archéologie préventive comme programmée. Plusieurs importants diagnostics archéologiques témoignent de l’importance primordial de ces réseaux logistiques durant la Grande Guerre par exemple, c’est le cas du camp américain de Marcilly-sur-Tille (Côte d’Or)( Fig. 8 )[17] ou de l’Hospital Center de Mars-sur-Allier (Nièvre)[18] Si ce type de voie de communication est largement usité pour le transport de troupes, l’évacuation sanitaire, le transport de matériel mais également de manière plus tenu pour la mise en œuvre des
pièces d’artillerie de toutes tailles : manœuvres et ravitaillement en hommes et munitions.

Fig. 8: Partie centrale de l’Hospital Center de Mars-sur-Allier (Nièvre), 1917-1919, avec ces voies ferrées d’approvisionnement (US National Library of Medicine)

En outre, ces vestiges parfois très limités, traduisent la présence de chemins de fer de toutes importances et tailles dans des zones insoupçonnées qui de nos jours, n’en sont plus équipées : monde industriel, militaire, transports urbains ou ruraux (tramways, funiculaires) ….

L’archéologie ferroviaire n’a pas encore d’axe ou de sous-axe dédié au sein de la programmation nationale de la recherche archéologique ; elle se rattache donc à l’axe Axe 14 (L’archéologie des périodes moderne et contemporaine) mais également à l’axe 15 (Archéologie d’Outre-Mer / sous-axes 15-2. Mayotte et l’Océan indien et 15-3. L’archéologie de l’Outre-Mer moderne et contemporain)[19]. La réalité de terrain et la prise de conscience qui s’est opérée au sein des différents acteurs de l’archéologie préventive devraient conduire rapidement à une prise en compte de ce nouveau domaine de la recherche archéologique.


Notes

[1] Définition donnée par l’association Chemins à Fer. http://www.chemins-a-fer.org/?page=Archeologie [consulté le 09 04 2021].

[2] Le terme « déposées » s’emploie également.

[3] http://www.inventaires-ferroviaires.fr/ [consulté le 09 04 2021].

[4] Même si celle-ci est aujourd’hui centrée sur les mines et matériaux associés, et sur la métallurgie.

[5] Inrap, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives

[6] Créole réunionnais : Petit train ancien

[7] Conduites par l’Inrap.

[8] Gerber, Baffert 2021a.

[9] Gerber, Baffert 2021b.

[10] Coulaud 2022

[11] Mission Archéologique de la Ville d’Aix en Provence.

[12] https://www.aixendecouvertes.com/ancienne-gare-aix-en-provence/

[13] Fouille conduite sous la direction de Ludovic Decock de l’Inrap.

[14] La première ligne de chemin de fer en France, mise en service en 1827, avec des wagons tractés par des chevaux, était destinée au transport de la houille, entre Saint-Étienne et Andrézieux (Loire). Elle fut la première ligne ouverte aux voyageurs (1832), mais toujours avec une traction animale. La gare du Pecq est la première exclusivement destinée aux voyageurs, à avoir accueilli un train tracté par une locomotive à vapeur.

[15] Metz Métropole-Pôle Archéologie Préventive. (Morelle 2021)

[16] Rigal 2020

[17] Devevey 2011

[18] Tisserand, Coulaud 2014 ; Coulaud, Perarnau, Mariette 2019

[19] CNRA 2016.


Bibliographie

Coulaud 2022

Coulaud (A.)(Dir.). – Outre-Mer, Guadeloupe, Le Moule, N5, route de Saint-François, Habitation Zévallos, rapport de diagnostic archéologique, Bègles, Inrap, 355 p.

Coulaud, Perarnau, Mariette 2019

Coulaud (A.), Perarnau (R.), Mariette (M.) – L’empreinte américaine durant La Grande Guerre, persistances des vestiges américains en France, 1917-1919, in actes du colloque « Impact 14-18 », Reims (20-21 septembre 2018), p. 87-96

Charrière 2017

Charrière (G.) – Etude archéologique du réseau hospitalier américain de la Première Guerre mondiale : l’exemple du camp de Mesves dans la Nièvre, Mémoire de Master 2 Archéo-Géo-Sciences, Université de Bourgogne, Dijon, 81 p.

Devevey 2011 

Devevey (F.)(Dir.) – Bourgogne, Côte-d’Or, Marcilly-sur-Tille, Sondages archéologiques sur la gare régulatrice française, 1914-1919, de Marcilly-sur-Tille, rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Dijon, 102 p.

Gerber, Baffert 2021a

Gerber (F.), Baffert (M.). – DROM, La Réunion, Saint-Denis NEO Phases 2 et 3. Nouvelle Entrée Ouest, rapport de diagnostic archéologique. Saint-Denis : Inrap NAOM, 2021, 305 p.

Gerber, Baffert 2021b

Gerber (F.), Baffert (M.). – Outre-Mer, La Réunion, Saint-Benoît, Rue Bertin. De l’ancienne marine à l’ancienne gare ferroviaire, rapport de diagnostic. Bègles : Inrap, 2021, 119 p.

Morelle 2021

Morelle (N.) dir. – Metz (57) « Huit fosses d’arbres de la rue Pasteur », rapport de diagnostic, Metz Métropole-Pôle Archéologie Préventive, 2021, 49 p.

Rigal 2020

Rigal (D.)(Dir.) – Outre-Mer, Guyane, Saint-Laurent-du-Maroni, Saint-Maurice, Route des chutes Voltaire, rapport de fouille archéologique préventive, Inrap, Bègles, 363 p.

Tisserand, Coulaud 2014

Tisserand (N.), Coulaud (A.)(Dir.) – Saint-Parize-le-Châtel (Nièvre), Occupation néolithique et témoignage exceptionnel de la Première Guerre mondiale : l’hôpital américain de Saint-Parize-le-
Châtel
, rapport de diagnostic archéologique, Inrap, 2 tomes, 182 p.







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.